Revue de Presse

Bordeaux : balades sur le fleuve vers une destination inconnue

Parution : Sud Ouest le 26/05/2015

En montant à bord du bateau des curiosités, on ne sait pas forcément où on va. La première promenade avait lieu lundi. Véronique Pommier avait déjà créé le bus des curiosités qui embarque ses passagers vers un spectacle ou une expo dont ils ne savent rien par avance. Comme la Bordelaise n'est jamais à cours d'idées, elle a élargi son concept à d'autres régions et, désormais, à la Garonne ! « J'avais l'idée de tester le bateau des curiosités tranquillement à partir de 2016. Finalement, la rencontre avec Stephan Delaux a précipité les choses : on a décidé de lancer le truc pour la Fête du fleuve et voilà ! », sourit Véronique Pommier. Embarquement immédiat au ponton Yves-Parlier. 150 personnes ont dit banco pour le test, l'Office de tourisme a même dû refuser du monde. Il y a là quelques touristes mais surtout des Bordelais toujours gourmands de (re) découvrir le fleuve couleur de lion. Le bateau de la compagnie des Deux Rives, basée à Blaye, a été conçu pour les Antilles, son pont supérieur est ouvert, bien plus convivial que des rangées de sièges. Les comédiens de la Compagnie des Curiosités en profitent pour chuchoter aux passagers quelques mots d'amour, à l'abri de parapluies juponnés de rouge. Premier effet poétique à bord. Le second c'est que, donc, on ne sait pas où on va. Quoique, sur la Garonne, le choix est forcément limité. « Ce sera Blaye », diagnostique une connaisseuse. « Non, non, une île, mais laquelle ? », croit savoir une passagère qui a téléchargé la carte de l'estuaire sur son portable. Raté. Le but de la première balade est Fort-Médoc, sur la commune de Cussac-Fort-Médoc. Contrairement au bus des curiosités, il n'y a pas forcément de spectacles à la clef, à part sur le bateau. Et même, le pique-nique aurait dû se dérouler sur les remparts de Vauban, sauf qu'à l'heure d'amarrer, forcément tributaire des marées, les paniers avaient été déballés sur le pont depuis longtemps. L'estuaire est vaste comme la mer et, comme toujours quand on le découvre en bateau depuis Bordeaux, c'est une expérience hors du temps, Peu importe, l'estuaire est vaste comme la mer et, comme toujours quand on le découvre en bateau depuis Bordeaux, c'est une expérience hors du temps, entre les îles plates. On longe même un bras récemment ouvert, entre Margaux et l'Île Verte. Le capitaine Olivier Pedarros et ses marins racontent des histoires d'ilouts et de marées. Pas besoin d'en faire plus : la découverte tient à ce temps suspendu. Du coup, tout le monde en redemande. Véronique Pommier a prévu deux autres tests cet été avant de monter un programme plus complet qui ira à la découverte de secteurs inconnus de l'estuaire. Prochain rendez-vous le 13 juillet, on ne sait pas pour où, on ne sait pas encore à quelle heure, il faudra consulter la page Facebook du bateau des curiosités, le site de la compagnie des Deux Rives ou celui de l'Office de tourisme. le 26 mai 2015, Catherine Darfay